Contribution volontaire annuelle (C.V.A.)

2021-2022

Les mois de septembre et octobre sont les mois de la Contribution volontaire annuelle (C.V.A.) pour les trois communautés chrétiennes de la paroisse Saint-Paul : Saint-Roch, Saint-Élie et La-Résurrection-du-Christ. Cette première semaine de septembre, nous procéderons à plus de 800 envois postaux aux quatre coins de la paroisse. Toutes les contributions, petites ou grandes, seront les bienvenues. Ensemble, ayons à coeur notre paroisse, soutenons financièrement sa mission dans notre milieu. Merci !

La mise en branle de la Campagne de contribution volontaire annuelle (C.V.A.) n’est pas qu’une mince tâche. Encore cette année, nous avons pu compter sur des bénévoles qui ont préparé avec minutie plus de 800 enveloppes. Ce travail bénévole a allégé la tâche de notre secrétaire en plus d’accélérer le processus d’envoi dans les foyers. Nous désirons remercier chaleureusement mesdames Norma Matte et Noëlle Page, ainsi que les Filles de la Charité du Sacré-Coeur-de-Jésus de Rock Forest : les soeurs Rollande, Madeleine, Anita et Irène.

RÉSULTATS DE LA C.V.A. 2021-2022

En date du 22 novembre 2021 : 85 093 $


Saviez-vous que la dernière année, la C.V.A. 2020-2021 a dépassé l’objectif fixé par l’Assemblée de fabrique dans le budget 2021 ?  À la fermeture des livres de la dernière C.V.A. nous avons récolté la somme de 122 000.36 $ sur un objectif de 120 000 $.  Malgré la pandémie, vous avez fait preuve d’une grande générosité pour votre paroisse.  Merci !


La paroisse Saint-Paul compte plusieurs bâtiments : deux presbytères et trois églises. Le presbytère de Saint-Roch abrite les bureaux de la Fabrique et offre en location un logement à monsieur l’abbé Mario Boivin. Le presbytère Saint-Élie abrite le magasin paroissial « Les petits prix de Saint-Élie ». Chauffer et éclairer ces bâtiments en 2020 nous a coûté la somme de 35 240 $, soit 17% de nos dépenses. Ce pourcentage n’inclut pas l’entretien régulier des bâtiments et de nos terrains (pelouse et déneigement), car si on ajoute cet item, cela représente 29% de nos dépenses pour l’année 2020. À noter qu’au printemps 2020, pendant le premier confinement, la température de nos églises a été abaissée de façon significative sur une période de trois mois.

La paroisse Saint-Paul comptait en 2020 huit employé(e)s : Gilles Baril (prêtre modérateur), Lise Courchesne et Yvan Demers (coanimateurs de la paroisse), Louise Beaulieu (secrétaire), Andréanne Lavoie (animatrice de pastorale), Daniel Goulet (comptable) Christian Beauvais et Marcel Laventure (concierges). Les heures de travail et le taux horaire variaient selon les postes et les besoins pour finalement représenter la somme de 92 590,65 $, soit 44% des dépenses totales pour 2020. À noter qu’au printemps 2020, pendant le premier confinement, tous les employé(e)s ont reçu une cessation d’emploi pour une durée d’environ trois mois.

L’Église diocésaine a besoin de ressources pour soutenir son organisation et remplir sa mission. Les formules pour les obtenir peuvent varier, mais elles supposent toujours une certaine contribution de la part des chrétiens et chrétiennes qui forment cette Église. La cotisation des paroisses fixée à 7,5% depuis 2011 est l’une des plus importantes sources de revenus pour notre diocèse. Conscientes que les revenus des paroisses croissent moins rapidement que les dépenses, les autorités diocésaines s’efforcent de maintenir au plus bas niveau le taux de la cotisation. La cotisation est calculée principalement à partir des dons en argent reçu par la paroisse, les inscriptions aux parcours catéchétiques, sur les ventes réalisées en cours d’année, sur les commandites, les subventions, ainsi que sur les revenus de location. En 2020, la cotisation de la paroisse a représenté la somme de 16 214,05 $, soit 7,6 % des dépenses totales. À noter qu’au printemps 2020, pendant le premier confinement, les revenus de la paroisse étaient quasiment inexistants.

La paroisse Saint-Paul compte plusieurs bâtiments : deux presbytères et trois églises. Le presbytère de Saint-Roch abrite les bureaux de la Fabrique et offre en location un logement à monsieur l’abbé Mario Boivin. Le presbytère Saint-Élie abrite le magasin paroissial « Les petits prix de Saint-Élie ». Assurer ces bâtiments en 2020 nous a coûté la somme de
20 951,47 $, soit 10% de nos dépenses totales
. À noter que nous avons bénéficié d’une plus grande ristourne pour l’église La-Résurrection qui s’explique par des réparations suite à des infiltrations d’eau en provenance de la toiture. Si on additionne les frais de chauffage et d’éclairage (35 239,43 $), l’entretien régulier (25 635,85 $) et les primes d’assurances (20 951,47 $) de nos bâtiments, nous en arrivons à la somme de 81 826,75 $, soit 48% de nos dépenses totales pour l’année 2020.

Malgré la pandémie qui nous frappe depuis maintenant un an, la paroisse Saint-Paul a pu compter sur la générosité de ses paroissiens et paroissiennes. À la fin de l’année 2020, les revenus s’élevaient à 216 187,56$ pour des dépenses totales de 212 892,36$. Les mesures mises en place rapidement au printemps pour freiner les dépenses ont porté fruit. Il faut se rappeler que le premier confinement a eu des conséquences importantes sur les revenus anticipés : sur les quêtes dominicales, les locations et sur les projets d’activités de financement que nous avons dû annuler. Malgré tout, nous bouclons l’année 2020 avec un léger surplus de 3 295,20$.

La paroisse Saint-Paul peut compter sur des prêtres collaborateurs dévoués et appréciés des paroissiens pour présider divers rassemblements : messes, funérailles, baptêmes et mariages. Nous avons aussi la chance d’avoir des musiciens et musiciennes de talents ainsi que des animateurs et animatrices de chants qui soutiennent, par leur engagement, la prière de nos assemblées. Pour l’année 2020, les dépenses reliée à la présidence et à l’animation de nos rassemblements a représenté la somme de 14 158,99$, soit 7% des dépenses totales. Il faut se rappeler qu’au printemps 2020, lors du premier confinement, nos églises ont été fermées pendant quatre mois.


L’ARGENT QUI SENT BON

L’argent n’a pas d’odeur. Parfois, c’est vrai, car il serait trop difficile de vérifier s’il n’est pas le produit d’une magouille quelconque. Mais l’argent a aussi une bonne odeur quand il sert à soulager la misère et à entretenir le jardin des vies spirituelles et le potager des projets communautaires. La CONTRIBUTION VOLONTAIRE ANNUELLE permet de faire circuler l’argent qui sent bon, pour l’ensemble de notre vie communautaire sous tous ses aspects. La sollicitation fait appel à la bonne volonté et à la générosité gratuite. Et cet argent est administré avec le souci de l’utiliser avec rigueur pour le bénéfice de toute la communauté. Merci de participer avec coeur.

Source : Le SCG, Journal Communautaire de Saint-Charles-Garnier, 6 octobre 2013


Dernière mise à jour de cette page : 25 novembre 2021