Archidiocèse de Sherbrooke

Toute l’information sur l’Archidiocèse de Sherbrooke : trouver une paroisse, l’horaire des célébrations, événements et activités diocésaines, etc.


L’Archidiocèse de Sherbrooke est composé de 10 secteurs pastoraux. Chacun des secteurs comprend des paroisses. Pour avoir une vision géographique de ces nouveaux regroupements, il est possible de visionner et de télécharger la nouvelle carte du territoire de l’Archidiocèse de Sherbrooke.

Carte


La programmation des festivités du 150e anniversaire de la fondation du diocèse de Sherbrooke est maintenant disponible sur le site Internet du diocèse.

Programme


Pour marquer l’ouverture des festivités du 150e anniversaire du diocèse de Sherbrooke, une messe interculturelle fut célébrée à l’église Immaculée-Conception le dimanche 14 janvier 2024 à 17h. L’abbé Steve Lemay, vicaire général du diocèse (Mgr Luc Cyr étant en congé repos), présida la célébration animée en plusieurs langues et par plusieurs chorales. Un goûter était offert après la messe.

Voir l’album photos de cette grande célébration aux couleurs de notre diocèse


Une vidéo de l’entièreté de cette messe interculturelle est aussi disponible sur Youtube

Vidéo



Viens, suis-moi, sois roi !

Bien que la référence à la monarchie ne soit pas spontanée pour plusieurs d’entre nous, les princesses, rois et autres nobles personnages continuent d’occuper l’imaginaire collectif. Comme bien d’autres symboles d’autorité, ils sont associés aux grands idéaux dont ils font la promotion et à l’égard desquels ils ont parfois des écarts qui ne tardent pas à être dénoncés…

Quoiqu’il en soit, leur rôle demeure d’incarner l’unité d’un peuple, d’exposer sa fierté et de favoriser le bien commun. Le Christ est roi parce qu’il ouvre à une unité qui va au-delà des limites des frontières ou des liens du sang ; il rend possible une fraternité nouvelle fondée sur une dignité partagée ! Jésus exerce sa royauté en prenant la place du serviteur. Si l’onction baptismale fait de nous des rois, c’est bien pour que nous nous gouvernions et gouvernions le monde, chacun selon son charisme et ses responsabilités, de manière à favoriser cette unité tant désirée par Dieu. L’Église a pour mission d’être un signe visible et efficace de cette unité au service de toute l’humanité.

Tout au long de cette année pastorale, que chacun de nous s’interroge sur les moyens à prendre pour que notre unité dans la prière et la mission soit un signe pour les personnes qui nous observent et qui ne manqueront pas de souligner nos incohérences. Osons prendre part à l’animation et à la gouvernance de nos communautés sans craindre les décisions difficiles, tenant en équilibre la vérité et la charité. Le Christ veut faire de nous des instruments d’unité; répondons à son invitation : viens, suis-moi, sois roi !

Non seulement le Christ nous invite-t-il à nous dépouiller pour le suivre, comme il l’a fait autrefois avec le jeune homme riche de l’Évangile, mais il nous donne les moyens de répondre avec confiance. Par l’onction baptismale, il a fait de nous des prêtres, des prophètes et des rois au coeur du monde! Ces responsabilités, il ne nous demande pas de les assumer en alternance au gré de nos humeurs ou comme des réalités secondaires, mais il souhaite nous voir les mettre en oeuvre dans tous les aspects de notre vie personnelle et communautaire. Aurons-nous l’audace de le suivre, portés par la joie de l’Évangile ou repartirons-nous tout tristes ? Osons aborder cette question tous ensemble !

Lettre pastorale de Monseigneur Luc Cyr (partie 4 – fin)
à l’occasion du début de l’année pastorale 2023-2024


Viens suis moi, sois prophète !

Les prophètes bibliques sont choisis et envoyés par Dieu, ils sont porteurs d’une parole qui les dépasse et qui dérange. Personnages fidèles et cohérents, les prophètes invitent sans cesse leurs interlocuteurs à renouveler leur adhésion à l’alliance avec Dieu. Pour ce faire, ils invitent vigoureusement à la conversion afin de préparer la venue de l’unique prophète, l’envoyé du Père, le Christ. Lui seul peut démasquer les faux prophètes par l’authenticité de son témoignage. À sa suite, grâce au don de l’Esprit que le Ressuscité a fait à son Église, les baptisés sont en mesure de lire les signes des temps et de s’engager concrètement en faveur de la justice et de la paix en vue de l’établissement du Règne de Dieu. L’Évangile demeure une incomparable source de renouveau ! Le portons-nous avec assez de conviction et d’audace ?

Ce survol de la mission prophétique à laquelle le Christ nous rend participants nous invite bien sûr à revisiter notre engagement chrétien. Nos ressources personnelles et communautaires sont-elles utilisées de manière à promouvoir un véritable développement humain, le nôtre et celui des autres ? Non seulement devons-nous maintenir et multiplier les activités favorisant le partage, mais également celles qui permettent la réflexion et l’éducation sans lesquelles la justice et la paix ne peuvent être accueillies et promues.

L’enseignement social de l’Église peut nous inspirer ; le 150e anniversaire de la fondation de notre diocèse est une occasion de nous souvenir de tout ce qui a été fait et de ce qui reste à faire pour que notre société soit au service de tout homme et de tout l’homme.

Au coeur de cette humanité dite « complète » se trouve la dimension spirituelle trop souvent oubliée et dont nous avons le devoir de rappeler l’existence par notre témoignage. J’invite donc chaque communauté à identifier les besoins pressants de son milieu et les manières de contribuer à la recherche de réponses adéquates. Il y a là une magnifique occasion de dialoguer avec nos contemporains, notamment avec les jeunes générations ! Portons-leur cette invitation : viens, suis-moi, sois prophète !

Lettre pastorale de Monseigneur Luc Cyr (partie 3)
à l’occasion du début de l’année pastorale 2023-2024


Viens suis-moi, sois prêtre

Le prêtre est traditionnellement celui qui présente des offrandes à la gloire de Dieu, pour le remercier ou pour solliciter son pardon ou son soutien. Bref, il vise à favoriser la communion entre l’humanité et Dieu. Le Christ a poussé le service sacerdotal vers un sommet en s’offrant lui-même en sacrifice agréable à Dieu. Dès lors, en nous unissant à sa mission, il nous invite à faire de tout ce que nous entreprenons la plus grande gloire de Dieu.

L’incarnation, la mort et la résurrection du Christ nous apportent le Salut en faisant de nous des enfants bien-aimés du Père. Dans la mesure où elles sont vécues dans la charité et la vérité, nos vies deviennent des offrandes agréables à Dieu. Offrir les grands et petits moments de l’existence humaine nous permet d’entrer dans une communion profonde avec Dieu et avec les autres. Ce faisant, c’est un chemin de sanctification qui s’ouvre tant pour nous que pour le monde. C’est ici que se rencontrent la vie concrète et la liturgie, puisque cette dernière nous permet d’orienter toute notre vie, de la consacrer à la suite du Christ.

Au cours de cette année pastorale, posons un regard lucide sur l’expression publique de la dimension sacerdotale de notre baptême. Nos liturgies contribuent-elles à faire de notre vie une offrande à Dieu ou au moins à nous rappeler qu’elle devrait l’être? Est-ce que notre façon de célébrer permet aux personnes rassemblées de lier leur quotidien à l’action liturgique dans nos églises ? Lors de nos rassemblements, est-ce que l’accueil et les gestes posés invitent à la participation de tous et donc à la communion fraternelle ? Les soins accordés aux espaces de célébration, à leur beauté et à leur propreté ouvrent-t-ils à une conception moins utilitariste de l’existence ? Le chant et la musique sont-ils au service de la Parole de Dieu en favorisant sa proclamation autant que son accueil ? Si la simplicité peut être porteuse de noblesse, la nonchalance constitue un contre-témoignage peu invitant et un cercle vicieux menant au désengagement. Il importe d’y réfléchir et d’agir là où c’est encore possible. Ne laissons pas sans réponse cette invitation : viens, suis-moi, sois prêtre!

Lettre pastorale de Monseigneur Luc Cyr (partie 2)
à l’occasion du début de l’année pastorale 2023-2024


Chers soeurs et frères dans le Christ,

Viens, suis-moi ! Une invitation audacieuse lancée par Jésus à un jeune homme qui s’interrogeait sur ce qu’il devait faire pour obtenir la vie éternelle. Le Seigneur lui a premièrement rappelé qu’il devait observer les commandements. Le jeune homme affirmant qu’il les observait déjà, Jésus lui proposa la perfection: « Vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi. » Entendant cette parole, le jeune homme s’en alla contristé, car il avait de grands biens.

Elle est touchante la figure de ce jeune homme ! Comment ne pas nous sentir concernés par ce désir exprimé de vivre en plénitude et pour toujours, par ce besoin d’être rassurés, confirmés dans le bien que nous croyons faire, dans la voie que nous estimons devoir prendre. Nous communions tout autant à sa difficulté de renoncer aux sécurités… Bien des choses nous empêchent de répondre d’un coeur léger à l’invitation : viens, suis-moi ! Et pourtant, le Christ ne cesse de nous la répéter !

En plus d’être confrontés à notre difficulté de répondre positivement et avec cohérence à cet appel au dépassement, nous devons nous-mêmes faire écho à cette interpellation afin qu’elle retentisse dans le monde d’aujourd’hui. Il est en effet toujours présent ce désir d’absolu qu’a un jour exprimé le jeune homme de l’Évangile, bien qu’il s’exprime tout aussi maladroitement de nos jours ! Humblement, reconnaissons que nos propres réticences à suivre pleinement le Christ peuvent être des occasions de communion avec plusieurs de nos contemporains. Si le Seigneur nous invite à être parfaits, c’est bien parce qu’il sait que nous ne le sommes pas ! Il nous donne toutefois les moyens d’avancer ensemble dans notre quête sincère de la vie éternelle. J’insiste sur le mot ensemble, puisque si Jésus nous invite à le suivre, c’est pour que nous fassions à notre tour des disciples. Viens, suis-moi ! Une invitation à recevoir, certes, mais également à transmettre.

Lettre pastorale de Monseigneur Luc Cyr (partie 1)
à l’occasion du début de l’année pastorale 2023-2024


Suite à l’épidémie de Covid-19, nous avons tous été heureux, dans les derniers mois, d’apprendre la fin des dispositions imposées par l’Institut national de santé publique et le gouvernement du Québec pour nos lieux de culte. Dans tous nos milieux, la reprise des activités pastorales et des célébrations peut s’accomplir de manière habituelle.

En ce sens, les restrictions qui rendaient difficile ou impossible de vivre le sacrement de la pénitence et de la réconciliation de manière ordinaire sont également terminées. Voilà pourquoi, en respect des dispositions liturgiques et canoniques, le sacrement du pardon sera dorénavant vécu de manière régulière, c’est-à-dire à l’intérieur d’une rencontre personnelle entre le pénitent et le ministre.

En d’autres mots, la situation sanitaire ayant évolué, dès à présent, il n’est plus permis de donner l’absolution par mode général (communément appelée absolution collective) sur l’ensemble du territoire de l’archidiocèse de Sherbrooke.

Rendons grâce pour ces dispositions liturgiques et canoniques qui ont permis aux fidèles de l’archidiocèse de recevoir, même en temps de pandémie, la consolation de ce beau sacrement de guérison.

Bon Avent 2022 !

Luc Cyr, Archevêque de Sherbrooke

Un mot de l’abbé Justin sur le sujet…


Acte de contrition


L’ Archidiocèse de Sherbrooke réagit à l’éventuel retrait du crucifix
dans la salle du conseil de la Ville de Sherbrooke

Réaction de l’Archidiocèse


Synthèse provinciale

Durant plusieurs mois, les diocèses du Québec ont réfléchi, à la demande du pape François, à l’avenir de l’Église. La synthèse provinciale du synode sur la synodalité est maintenant disponible. Bonne lecture !

Synthèse provinciale


Dans le cadre de l’après-midi pastoral qui avait lieu le 19 octobre 2021, Mgr Luc Cyr s’est adressé aux responsables de paroisses et prêtres présents. Des membres de l’Équipe pastorale Saint-Paul étaient présents à cette rencontre. Dans une lettre pastorale, Mgr l’Archevêque a annoncé de grands changements à venir pour l’Église de Sherbrooke.


La Fondation Mgr Jean-Marie-Fortier, qui existe depuis 43 ans, est une alliée indispensable pour nos services diocésains, car elle assume une part importante des salaires versés à nos collaboratrices et collaborateurs. Ce soutien matériel rejaillit de diverses manières sur l’ensemble de l’Église diocésaine. En plus de permettre aux paroisses de tout notre territoire de conserver une plus grande part de leurs revenus, il met à la disposition des responsables locaux des ressources compétentes capables d’offrir de la formation, du ressourcement, de l’accompagnement, etc.

Encore en 2023, je vous invite à contribuer à la Campagne de financement de la Fondation Mgr Jean-Marie-Fortier qui a comme objectif d’amasser 215 000$. Quelle que soit votre offrande à la Fondation Mgr Jean-Marie-Fortier, elle est importante et je vous en remercie. Des dépliants à cet effet sont disponibles dans les présentoirs. En soutenant cette oeuvre, vous donnez du souffle à l’Église d’ici et vous permettez de mieux soutenir celles et ceux qui interviennent auprès des responsables paroissiaux. Soyez assurés de notre prière fraternelle pour vous et pour les personnes qui vous sont chères.

Faire un don ou pour s’informer…


La Conférence des évêques catholiques du Canada propose un document très intéressant intitulé : Ensevelir les morts, bien vivre le deuil : Guide pour les catholiques sur la disposition du corps et le processus de deuil. Cette ressource sur l’enseignement de l’Église est destinée à tous les catholiques qui s’intéressent au sujet.

Pour aller plus loin…


Dans le cadre de la Semaine nationale pour la famille et la vie, le Conseil permanent de la Conférence des évêques catholiques du Canada publie une Lettre ouverte au gouvernement fédéral et un Message aux fidèles catholiques au sujet de la législation fédérale qui, d’ici le 17 mars 2024, permettra aux personnes atteintes de maladies mentales d’avoir accès à l’euthanasie.

Pour aller plus loin…


Il y a vingt ans, l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Aujourd’hui, la société québécoise reste néanmoins marquée par d’importantes inégalités socioéconomiques. Celles-ci se sont même creusées depuis l’entrée en vigueur de la loi, en mars 2003.

Message pour le 1er mai


Le projet de loi 11, Loi modifiant la Loi sur les soins de fin de vie et d’autres dispositions législatives, présenté le 16 février 2023 par Mme Sonia Bélanger, ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, a incité les évêques catholiques, d’abord comme citoyens du Québec et aussi à titre d’évêques, à prendre la parole sur cette question de première importance.

Lettre des évêques


Abbé Michael McGivney
Fondateur des Chevaliers de Colomb

L’archidiocèse de Sherbrooke propose deux documentaires sur l’abbé Michael McGivney, le fondateur des Chevaliers de Colomb. L’abbé McGivney a été béatifié en octobre 2020.

Voir les documentaires


Afin de répondre aux besoins futurs engendrés par l’arrivée prochaine d’immigrants ukrainiens touchés par la guerre, l’Archidiocèse de Sherbrooke relance son fonds dédié aux réfugiés et personnes issues de l’immigration. Depuis 2015, ce sont plus de 100 000 $ qui ont été récoltés via ce fonds puis redistribués auprès des réfugiés et personnes issues de l’immigration. Il est possible de contribuer au fonds d’aide pour les réfugiés et personnes issues de l’immigration en cliquant sur le lien plus bas. Les chèques, libellés au C.A.C.R.S- Fonds d’aide aux réfugiés, peuvent être transmis au 130, rue de la Cathédrale, Sherbrooke, J1H 4M1.

Fonds d’aide aux réfugiés


Dernière mise à jour de cette page : 25 janvier 2024